couverture Dictionnaire Français Picardcouverture Dictionnaire Français Picard

Dictionnaire Picard – l’Amassoer

28,00

Dictionnaire Picard – Français et Français – Picard

L’amassoér est un dictionnaire picard bilingue mais aussi une œuvre littéraire, recueil des petites histoires du quartier Saint-Leu, ouvrier et populaire.

Un amassoér de Picard, c’est notre parler entassé dans un livre, avec les bavardages des femmes de chez nous, leurs histoires de ménage, leurs peines, leur gaieté, leur méchanceté, leur bonté… Tout ce que j’écoutais quand j’étais une petite enfant de Saint Leu à Amiens.

In amassoér éd Picard, ch’est nou parlache infitchè dains in lif’e, avu chés diries d’chés « blancs-bonnets », leus hisoéres éd ménache, leus pengnes, leus dgeaitè, leu ma-woés’té, leu boin-n’té, tout éch qué j’acoutoés quand qu’j’étoés tchotte nasue.

En 2004, Marie-Madeleine Duquef rencontre Philippe Leleux qui souhaite rééditer ce dictionnaire Picard. La première version était artisanale et diffusée assez confidentiellement. Une nouvelle édition qui est pour Tchotchotte l’occasion de faire la mise à jour de son dictionnaire. En mars 2016 c’est donc la troisième édition du dictionnaire Picard qui sort des presses.

Reportage de France 3 Picardie à la sortie du dictionnaire 

A propos de l’Amassoér

« Ech l’Amassoér ch’est in if’e qu’i l-est droldémeint bien, pis j’m’y con-noés : ch’est mi qu’jé ll’ai foét ! »

« L’Amassoir est un livre qui est drôlement bien et je m’y connais c’est moi qui l’ai fait ! »

« …La langue Picarde, par ce dictionnaire, n’a pas la vocation chauvine que l’on prête souvent aux langues régionales, les utilisant pour fédérer un peuple, baignant soi-disant dans une même culture. Au contraire, le picard de l’Amassoir est le picard à soi, le picard de la rue, du quartier, du « coin » et de tout le monde. Ce qu’il conte par ses images, c’est beaucoup d’humanité… » (Philippe Leleux, l’éditeur)

 

Marie-Madeleine Duquef

Marie-Madeleine Duquef est née en 1922 à Amiens, rue Fernel, dans le quartier Saint-Leu. En 82 ans son plus long séjour hors de son quartier natal n’a duré qu’un mois. C’était pendant l’exode de 1940. Depuis, elle n’a pour ainsi dire plus quitté la rue Bélu où elle a vécu jusqu’à la fin de sa vie.

Sa passion pour le picard vient des souvenirs de sa mère, petite bonne chez sa tante riche qui recevait à sa table Jules Verne, l’évêque d’Amiens et l’écrivain Édouard David. C’est surtout de ce dernier dont sa mère lui parlait. Pour ses sept ans, la grande-tante lui fit cadeau du livre d’Édouard David « Marie-Chrètienne » écrit en picard. Les illustrations lui rappelaient sa mère, ses voisines et les maisons de son cher quartier Saint-Leu.
18 ans en 1940, ce fut pour elle la guerre, la défense passive, la Croix Rouge et les hôpitaux. A la libération, elle exerce son métier de maîtresse d’éducation physique auprès des jeunes filles dans presque tous les établissements privés de la ville et ce jusqu’à sa retraite en 1982.

 

La genèse du dictionnaire Picard

Grâce aux Emmaüs installés au Sud d’Amiens dans les années cinquante, elle constitue une importante collection régionale de livres et de cartes postales. Dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, elle organise à partir de ce fonds des expositions thématiques sur les quartiers Saint-Leu et Saint-Germain. Expositions  accueillies au musée postal et à l’église Saint-Leu d’Amiens.

Au début des années quatre-vingt, l’Office Culturel d’Amiens et Laurent Devisme se mirent en quête de textes picards. Marie-Madeleine Duquef répond à l’appel ainsi que quelques autres qui formèrent avec elle, le noyau dur de « Chés Diseux d’à ch’teure » : Jean-Pierre Calais, Pierre Duquet, Pierre Deglicourt… Les veillées se succédèrent chez « Chés Cabotans », avec un public bon enfant.

Sa mémoire défaillante l’incita à rassembler dans un petit recueil, mots et expressions. Encouragée et aidée par ses amis Diseux, Jean-Pierre Calais et Pierre Deglicourt, le recueil devint en 1994 « Ch’l’Amassoér ». Il édité à compte d’auteur en deux volumes. Mais cette première édition du dictionnaire picard fut vite épuisée avant d’être réédité en 2004 puis 2016.

Autre livre de Marie-Madeleine Duquef

 Min tchot leu :  Après l’Amassoér, son fameux dictionnaire de picard, elle fait rire et chanter les enfants avec ce recueil de comptines et de chansons en picard. Cette langue que l’on pensait définitivement sortie de la tête de nos enfants revient vagabonder dans leur esprit avec humour et poésie.

En langue picarde

Outre le dictionnaire picard les éditions de la librairie du labyrinthe vous proposent de nombreux livres en langue picarde en édition bilingue français / picard :

  • El Solé d’chés leups / Le soleil des loups : Il est des contes intemporels qui nourrissent notre imaginaire dès la plus tendre enfance et qui nous accompagnent, souterrains et pleins de sèves, au long de notre existence. Dans “El Solé d’chés leups” (Le Soleil des loups) Jean-Marie François revisite ces histoires, fondements de nos sensibilités et de nos peurs. Et les retricote à l’aune de la truculence et de l’humour picard.

  • D’ù qui sont chés viaux ? / Où sont les veaux ? :  Lucien Suel, poète et romancier, vit dans les collines d’Artois où il a bâti sa maison. Le roman Mort d’un jardinier lui a valu une notoriété nationale. Une part importante de son œuvre poétique a été publiée à Amiens dans la revue Le Jardin ouvrier. Notamment, la plupart des textes en picard rassemblés dans ce volume. Des veaux dans les pâtures, des saules entourant le jardin, des péniches de son enfance jusqu’au concert de Patti Smith à Dranouter…
  • Contes de ma mère l’Oise : Ces 25 contes sont issus de la tradition orale. François Beauvy romancier, essayiste, auteur bilingue de contes en picard et d’un « Dictionnaire picard des parlers et traditions du Beauvaisis ». François Beauvy a publié une quinzaine d’ouvrages. Il est président de la Société des amis de Philéas Lebesgue.

  • Prix TTC : 28,00 €
  • Poids du produit : 0,96 kg